9 avril 2015

Ci-après, quelques captures-écran des vidéos qui apparaitront sur les smartphones et tablettes pendant l’exploration de l’installation. Elles ont été intégralement remontées pour donner place à plus de jeux de couleurs et intégrer de nouvelles séquences. Les images se répètent d’un personnage à l’autre. Le filtre de couleur joue comme un état d’esprit, une teinte pour glisser à travers le regard de Marie, de Lia, de Sonia ou de Mohamed. Le rose de Marie varie d’un rose Barbie à un rose tendre – écho au ruisseau de la teinturerie traversant la cour de Gervaise et que celle-ci croit de bon augure plutôt que présage du rose des bons de dépôt au Mont-de-piété. Bleu pour Lia : mélancolie de quelque chose qu’elle n’a pas vécu et dont elle aurait voulu changer le déroulement – la guerre vécu par son grand-père, les événements de 68. Orange et or pour Sonia la chaleureuse, qui tire au jaune criard quand le ciel du nord l’empêche de se ressourcer aux rayons du soleil. Vert pour Mohamed enfin, amertume d’un mystère non résolu. Le motif de la vague s’est imposé : inéluctable, répétitive, toujours la même et toujours différente, sa chorégraphie est attendue, anticipée, fascinante. C’est la nostalgie des vagues méditerranéennes pour Sonia. Pour Mohamed aussi, peut-être. C’est l’observation de vagues de sable en aquarium pour Lia. C’est l’implacable mouvement d’une masse d’eau qui emporte un corps au loin.

 

nomsCapture d’écran 2015-04-10-1 Capture d’écran 2015-04-10-2 Capture d’écran 2015-04-10-3 Capture d’écran 2015-04-10-4 Capture d’écran 2015-04-10-5 Capture d’écran 2015-04-10-6 Capture d’écran 2015-04-10-7 Capture d’écran 2015-04-10-8 Capture d’écran 2015-04-10-9